muckross house killarney
Ireland/UK Flag
Follow Us
muckross house facebook
muckross house twitter
Visite des fermestraditional farms you tube

Pour une visite virtuelle des Fermes Traditionnelles de Muckross, cliquez sur un numéro sur la carte ou suivez le sentier en ligne. Pour découvrir à quoi correspond chaque numéro, placez la souris au-dessus pendant quelques secondes.







Accueil - Fermes traditionnelles de Muckross

Ce bâtiment abrite le principal centre d'information pour les fermes traditionnelles de Muckross, ainsi qu'une petite boutique. Les billets pour les fermes traditionnelles et la maison de Muckross sont en vente ici.

(#1 sur la carte)

Kissane's - La petite ferme


Cette ferme correspond à une propriété d'environ 8 ha sur laquelle une agriculture mixte était pratiquée (culture et élevage). L'habitation composée de deux pièces suit la pente naturelle du terrain et comporte une remise attenante de chaque côté. La configuration de la maison, tout en longueur, est typique d'une petite exploitation où peu de bâtiments étaient nécessaires.


Le toit d'origine de cette habitation était en chaume. En dessous de la tôle ondulée, une couche de mottes de gazon est visible de l'intérieur, des rives jusqu'au faîte du toit. Il s'agissait d'une couche d'isolation sur laquelle le chaume original était fixé.

(#2 sur la carte)

O'Connors - Le cottage du laboureur


Dans les campagnes irlandaises, le mot "cottage" désignait uniquement une maison construite pour un travailleur agricole. Les autres habitations, même les plus petites et les plus humbles, n'étaient jamais appelées "cottages".


Ces cottages furent construits à partir du début des années 1880 et améliorèrent beaucoup les conditions de logement des paysans les plus pauvres qui n'avaient pas de terre. En général, les ouvriers agricoles se voyaient octroyer 2 à 4 000m

2

de terres attenantes au cottage, ce qui leur permettait d'être auto-suffisants en légumes et pommes de terre.

(#3 sur la carte)

Foley's - La ferme moyenne


Cette ferme correspond à une propriété d'une vingtaine d'hectares sur laquelle une agriculture mixte était pratiquée (culture et élevage). Les remises sont construites en ligne, parallèlement à l'arrière de l'habitation. L'espace délimité par les remises et la maison constituait la basse-cour. Cette configuration se retrouve dans le nord et l'ouest de l'Irlande mais elle est surtout typique de l'ouest de la province de Munster.


L'habitation se compose de trois pièces, avec la cuisine au centre des deux chambres. Chaque chambre occupe toute la largeur du bâtiment et mène directement à la pièce voisine car il n'y a pas de couloir. Le toit en chaume est à forte pente pour permettre l'évacuation rapide de l'eau.

(#4 sur la carte)

Le puits


Aller tirer de l'eau au puits pour préparer les repas, laver les vêtements et faire le ménage faisait partie des tâches quotidiennes. En général, ce sont les femmes et les enfants qui s'en chargeaient.

(#5 sur la carte)

La pompe à eau


Les pompes à eau faisaient jadis partie du paysage de la campagne irlandaise.

(#6 sur la carte)

La croisée des chemins


Les gens aimaient s'y retrouver de manière informelle pour s'échanger les nouvelles du jour. Si des musiciens étaient présents, les gens pouvaient y danser. C'est souvent à la croisée des chemins que l'on allumait les grands feux de joie le 23 juin, la veille de la Saint Jean.

(#7 sur la carte)

Quille's - La grande ferme


Cette ferme correspond à une exploitation d'une quarantaine d'hectares. En plus de l'élevage, on y cultivait des céréales comme le blé, l'orge et l'avoine. Ici, la maison et les remises sont disposées autour d'un espace rectangulaire, qui constitue la basse-cour. C'est la configuration typique des fermes de taille moyenne et des grandes fermes dans la majeure partie des provinces de Munster et de Leinster, ainsi que certaines régions de l'est de la province de Connaught.


Cette grande maison est construite en pierres et recouverte d'un toit en ardoise. Les pièces ne donnent pas directement l'une dans l'autre. Un couloir traverse le corps principal de l'habitation, apportant un peu plus d'intimité aux chambres. Un petit salon séparé est situé à l'une des extrémités de la maison. C'est là que l'on recevait les visiteurs, comme par exemple le prêtre de la paroisse. Hormis dans ces occasions, cette pièce était peu utilisée.

(#8 sur la carte)

L'atelier du charpentier


Le charpentier fabriquait des meubles pour les habitations : vaisseliers, tables, huches, chaises, armoires, lits et placards, coffrets à couteaux et boîtes à sel. Il fabriquait également des brouettes, des charrettes et des roues, ainsi que des fenêtres et des portes et terminait les travaux de gros œuvre sur les habitations.

(#10 sur la carte) *NB #9 n'est pas présent sur la carte

Le fabricant de harnais ou sellier


Le fabricant de harnais ou sellier fabriquait ou réparait des harnais, utilisés pour les chevaux et les ânes. Les selles et les brides étaient destinées aux chevaux de monte, tandis que les œillères, les colliers, les sellettes et les avaloires étaient destinés aux chevaux de trait. L'art de fabriquer des harnais a pratiquement disparu avec l'arrivée du transport motorisé. Cependant, le développement de l'attelage et de l'équitation de loisir a créé une nouvelle demande pour ce métier

(#11 sur la carte)

La forge


Le forgeron était considéré comme l'un des artisans les plus importants au sein de la communauté. Il fabriquait et réparait de nombreux outils et objets pour les paysans : bêches, charrues, pelles, louchets, fourches, faucilles, faux, portes, boulons, loquets et gonds. Les hommes se rencontraient souvent à la forge pour échanger les dernières nouvelles locales et se tenir au courant de ce qui se passait dans les alentours.

(#12 sur la carte) *NB #13 n'est pas présent sur la carte

Le four à chaux


La pratique de la cuisson du calcaire dans les fours pour produire de la chaux et amender la terre s'est développée à grande échelle au milieu du 18ème siècle.

(#14 sur la carte)

L'école


L'éducation primaire financée par l'État a été introduite en Irlande en 1831 et organisée à l'échelle des paroisses. Typique des écoles rurales construites en Irlande à partir de 1910, celle-ci est divisée en deux salles de classe. Dans chacune d'elles, l'instituteur s'occupait de plusieurs niveaux. Les élèves devaient apporter des mottes de gazon ou de la tourbe pour les cheminées. Des toilettes sèches séparées, pour les garçons et les filles, se trouvaient toujours dans la cour à l'arrière.